Prix et salaire d’une assistante maternelle

Le salaire d’une assistante maternelle est composé du salaire de base, de majorations obtenues ainsi que des indemnités. Dans un contrat de travail, l’employeur et l’assistante doivent s’entendre pour éviter les litiges. Découvrez le prix et le salaire d’une assistante maternelle dans la suite de cet article.

Salaire de base d’une assistante de maternelle

Le salaire brut d’une assistante maternelle n’est pas inférieur à 3,18 euros. C’est le prix horaire minimum dicté par la convention collective nationale des particuliers employeurs et de l’emploi. Il a été majoré de 4 %. Donc l’employeur qui recrute un assistant de maternelle doit s’entendre avec elle sur le salaire de base, mais aussi sur les majorations et les indemnités.

Lire également : Prénom Nina : origine, signification et popularité en détail

Aussi, il doit être obligatoirement mensuel. Donc peu importe le nombre d’heures, effectué dans la semaine. Pour le déterminer, voici comment il faut procéder : pour un accueil de 52 semaine/12 mois consécutif par exemple = Nombre d’heures effectué par semaine*52 semaine/12 mois = salaire brut* nombre d’heures de travail par mois. Il est important de noter qu’une régularisation prévisionnelle doit être effectuée chaque année à la date de signature de contrat.

Heures complémentaires et majoration après 45 h

En principe, les heures complémentaires doivent être énumérées et ajoutées aux salaires bruts de base. Dans certains cas, l’employeur et l’assistante font un accord écrit pour majorer cette rémunération.

A voir aussi : Comment trouver la nounou idéale pour votre enfant ?

Majoration pour difficultés particulières de l’accueil d’un enfant

Lorsqu’il s’agit d’accueillir un enfant qui est en difficulté et que ce soit de façon temporaire ou définitive, il faut une majoration du salaire. Elle sera proportionnelle à la difficulté de l’enfant et doit être prévue dans le contrat.

Rémunération en cas d’absence

Au niveau de l’enfant, les absences pour des raisons de maladie et qu’elles soient consécutives ou non ne sont pas payées. Elle a une limite de 5 jours par année. L’employé doit avertir l’assistante maternelle sous la base d’un justificatif qui doit transmettre avant le retour de l’enfant. De plus, si l’absence dure 14 jours consécutifs, il n’est pas rémunéré. L’employeur doit donc rompre le contrat ou rétablir le salaire.

Ces limites sont calculées par période de 12 mois à partir du moment où l’assistante est embauchée. Cependant, si l’absence est du côté de l’assistante maternelle pour un congé sans solde, ou un arrêt de travail, l’employeur peut réduire sa rémunération

Rémunération des jours fériés.

En ce qui concerne les jours fériés, il y a des cas particuliers. Si par exemple, l’assistante maternelle doit accueillir un enfant un 1er mai qui est en temps normal chômé et payé, il bénéficie alors du double de sa rémunération. Quant aux autres jours fériés chômés, la rémunération est sous condition. En effet, il faut que l’assistante maternelle ait travaillé la veille du jour férié ainsi que le 1er jour qui suit le jour férié. Même en cas d’absence ce jour sous la permission de l’employeur, le jour est considéré comme un jour travaillé.

Indemnité de congés payés

Pour déterminer la rémunération brute au cours des congés, il faut savoir que c’est le même salaire obtenu pour une durée de travail donné sans tenir compte des indemnités. Il aussi correspond également au 1/10e de la rémunération totale brute. Ce calcul aussi ne tient pas compte des indemnités.

L’assistante maternelle doit en discuter avec son employeur et trouver la solution qui l’avantage le plus. Pour qu’il soit payé au salaire de base, les congés doivent être pris. Par ailleurs, il est calculé au 31 mai de chaque année. Il peut être versée en une fois dans le mois de juin, le jour où vous prenez vos congés ou au fur et à mesure de la prise de congé.

Indemnité diverse

En dehors des indemnités de congé, il en existe d’autres et elles doivent être dans le contrat de travail. Ainsi, il y a les indemnités d’entretien pour les jeux, le matériel et les produits de couchage, puériculture en dehors des couches. Elles couvrent aussi l’électricité, l’eau et le chauffage. Pour une journée de 9 h, elle est égale à 3,55 euros. Par ailleurs, il y a les indemnités de repas en complément du salaire. Elle dépend du nombre de repas fournis à l’enfant au cours de la journée.

Le coût total pour les parents employeurs

Le coût total pour les parents employeurs est calculé en fonction du salaire net de l’assistante maternelle, des indemnités d’entretien et de repas, ainsi que des cotisations sociales. Effectivement, les parents doivent payer une partie des cotisations sociales patronales qui représentent environ 40 % du salaire brut. À cela s’ajoute la CSG et la CRDS à hauteur de 6,20 %. Pour un enfant gardé pendant 10 heures par jour sur cinq jours ouvrables dans le mois avec trois repas fournis par jour et aucun congé payé ni maladie (cas général), le coût total sera compris entre 950 et 1 150 euros mensuels selon que l’assistante maternelle est rémunérée au Smic horaire ou non.

Il faut ajouter à cela le transport jusqu’à chez l’assistante maternelle. Les parents peuvent bénéficier d’aides financières pour couvrir tout ou partie de ces dépenses, comme notamment la Prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), qui permet aux familles ayant un enfant à charge âgé de moins de six ans recourant à une assistante maternelle agréée ou une garde à domicile rémunérées directement par eux-mêmes d’avoir droit à une aide financière.

Les aides financières pour les familles et les assistantes maternelles

Les aides financières couvrent une partie des dépenses engagées par les parents employeurs pour la garde de leur enfant chez une assistante maternelle. Ces aides sont proposées par différents organismes comme la CAF, le Conseil départemental ou encore Pôle Emploi.

Le principal dispositif d’aide est la Prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE) qui peut prendre deux formules : le complément de libre choix du mode de garde et l’allocation de soutien familial. Le premier forme offre un remboursement partiel des frais liés à la garde (salaire net et cotisations sociales), dans la limite mensuelle maximum fixée à 463,62 € en 2021 selon les ressources des familles. Vous devez vous renseigner auprès des organismes compétents pour connaître précisément les modalités d’attribution de ces différentes aides et demander une simulation personnalisée en fonction de votre situation familiale.

ARTICLES LIÉS